Laboratoire d'électrochimie moléculaire - (LEM)

Rattachement : Université Paris Diderot
Autre(s) Etablissement(s) de rattachement : CNRS
Directeur : LIMOGES Benoît, DR2 CNRS
Site web du laboratoire : http://www.lemp7.cnrs.fr

Le thème central du laboratoire est l'étude de la réactivité chimique avec comme outil principal d'investigation l’électrochimie, et en particulier la voltamétrie cyclique.

Les recherches en cours abordent les aspects fondamentaux de la réactivité chimique pour des composés organiques, des complexes métalliques/organométalliques, des enzymes redox ou encore des macromolécules biologiques telles que l'ADN, aussi bien en solution qu’immobilisés à la surface d’électrodes.

Des efforts plus spécifiques visent à comprendre les processus d’activation de petites molécules (proton, O2, H2O, CO2) par des catalyseurs ou encore les mécanismes de transport d’électrons dans des édifices biologiques.

L'esprit étant avant tout de rationaliser et si possible de prédire le comportement des systèmes étudiés pour ensuite essayer d’exporter ces nouvelles connaissances vers des problématiques plus finalisées, telles que la valorisation du CO2 par voie électrochimique, la production d’hydrogène par réduction catalytique des protons, ou encore le développement de nouvelles méthodologies électroanalytiques pour la détection de molécules d’intérêt biologique.

Par ailleurs, pour mener à bien ses travaux, le laboratoire s’appuie sur le développement de techniques instrumentales comme la microscopie à champ de force couplée à l'électrochimie, la spectroélectrochimie résolue en temps, le transfert d'électron par photo-induction laser, la mise au point de dispositifs électrochimiques à acquisition rapide ou multiplexé, ou encore la conception de techniques analytiques inédites comme la PCR électrochimique en temps réel. Le laboratoire possède également de nombreux savoir-faire dans des domaines variés tels que la synthèse de biomolécules électroactives ou la modélisation par calculs numériques.

Le LEM bénéficie d'une forte reconnaissance sur le plan national et international qui se traduit par de nombreuses collaborations avec des laboratoires universitaires français et étrangers, mais aussi avec le milieu industriel, notamment lorsqu’il s’agit de valoriser et transférer les travaux les plus prometteurs vers le monde économique (prise de brevets, transfert de technologie, création de start-up).